vendredi 11 mai 2018

Gazouillis et charabia #3

Alice a désormais 4 ans, et comme tous les enfants de son âge... elle dit de la merde et il n'est pas rare qu'on bite quoi que ce soit à son langage.

Cependant, j'ai jugé bon de noter mes préférées :
(Attention : certaines punchlines peuvent heurter les personnes sensibles aux lois du patriarcat).
______________

De bon matin, me hélant de son lit :
- MAMAAAAAAAAAN !
- Quoi...
- VIENS !
- Je dors.
- MAIS VIENS !!!
- Qu'est-ce que t'as ?
- Il faut que tu viennes sentir mon pétou !
- ...

#éducaFion
_______________

- Tu sais Mamie, José il est mort, mais il est dans le cœur !
- ...?? Quoi ?
- José ! Les méchants l'ont tué et maintenant il est dans le cœur, il bouge !
- ... euh... José... le copain de Papy ?
- Mais non ! Le petit José ! De l'église !

#JoséChrist
_______________

- Vous vous marièrent parce-que vous êtes A-MOU-REUX !


#RIPBescherelle 

_______________

- Tu sais la maîtresse elle m'a grondé mais maman, c'est pas de ma faute si j'arrive à faire pipi debout !

#TuSerasUnHommeMaFille
______________

- Moi j'aime Enzo mais lui il aime Camilla, alors moi j'ai embrassé Louis sur la bouche.

#Brrraaa!
_____________

- Alice tu viens manger ? 
- ... 
- Alice ! Viens manger !
- ...
- Alice ?!
- Quoi ?
- Ahou mais t'es sourde ma parole !
- Eh oui je sais maman, c'est parce-que je suis vieille !
-_- 

#AlorsLà
_____________

- T'as vu Papa ? Maman on dirait qu'elle a un GROS bébé dans son ventre ! 

#libido
_____________

Voilà. J'espère que ces hashtags vous auront plu. Plut. Plû... ? (je sais jamais conjuguer ce putain de verbe...)

Bisouillons et longue vie aux sales gosses !  

mardi 20 mars 2018

Pourquoi l'organisation de mon mariage me casse les couilles.

Ça se sent que j'suis chonchon ou pas ?
J'aurais aussi pu l’intituler "Pourquoi les gens ne se mêlent-ils pas de leur vieux trou des fesses", mais c'était moins précis.

Si tu me suis un peu sur les rézÔ sociÔ, tu n'es pas sans savoir que Cyril et moi-même avons pris, en février, la décision de nous marier. 
Ça c'est fait tout connement : le baptême d'Alice était prévu, puis on a tout naturellement demandé au curé s'il était possible de faire d'une pierre, deux coups. C'était un peu précipité, mais vu le mariage simplissime que nous envisagions, ça ne posait pas de problème particulier. Ni une ni deux, on avait la date et la salle, y'avait plus qu'à caler le reste, pépouze.
Pépouze ?
C'était sans compter les pro-traditionalistes-relous-du-cul qui nous en ont mis plein la poche à dragées. (la meuf invente des expressions quoi...)

Ça m'a un peu rappelé ma grossesse. Putain. 

" - Tu devrais faire ça. 
- Han ! Tu fais pas ça ? Mais IL FAUT le faire !
- T'invites pas untel ? Il faut que tu l'invites quand même ! Tu l'as pas vu depuis 17 ans mais quand même !
- Ah non mais ça par contre c'est obligé, tu peux pas ne pas le faire !"

Pour bien comprendre, faut que tu saches que, selon moi, le mariage de rêve se résume à aller signer un papier à la mairie, accompagnée SEULEMENT de mon futur époux. Pas de chichis, pas de robe qui brille, pas de cérémonie, pas d'invités, pas de jeux à la con, pas de tintamarre exagéré et hypocrite, personne, juste lui, moi et la loi.
Mais pour Cyril il était important de réunir nos deux familles et nos amis devant Dieu. Bon. Très bien. Je prends sur moi.
A quelques conditions tout de même, très simples à mon goût : 

  • l'enterrement de vie de mes couilles ne contiendra aucun strip-teaseur ou autre joyeusetés malaisantes
  • pas de klaxons de la honte à la sortie de l'église (bien qu'on ne pourra pas empêcher les puristes de faire ce qu'ils veulent, pour moi en tous cas, c'est réglé)
  • pas de jeux de la jarretière, ou autre chaises musicales de mes deux
  • pas de musique/choré (putain l'angoisse...) d'entrée de bal, parce-qu'on s'en care tout simplement la raie du cul et que ni lui ni moi n'aimons nous donner en spectacle et que c'est tout simplement putain de gênant merde
  • pas de déco' de la mort qui tue du sol au plafond à 7900 € le merdier
et là.... LE DRAME !

On m'est tombé dessus comme JAMAIS. 
Apparemment je vais aller crever en enfer parce-que je refuse d'éclater des ballons sur le fion de ma belle-mère alors que c'est tellement rigolol. Ok.

On se marre drôlement.
Je sais pertinemment que tout beauf qui se respecte est forcément outré de mes réactions face à tout ce tapage rocambolesque que j'exècre au plus profond de mon sphincter, mais après tout, c'est MON mariage non ?
Toi tu as eu ta chance, ou tu l'auras un jour, ou jamais, ou j'en ai rien à foutre en fait, alors pourquoi tu viens me polluer avec tes idées de merde ? Why ? WHY ?

J'en ai discuté un peu avec des futurs-mariés sur Snapchat et j'ai eu droit à cette phrase qui m'a donné une courante foudroyante : "T'as de la chance, moi c'est mes beaux-parents qui organisent tout, du coup on est 400, dont 276 personnes que j'ai jamais vu de ma vie..." Ça me fout le cul en mode carpaccio sans dèc. Comment peut-on être un enculé sans-gêne à ce point ?

Ça a l'air super difficile pour certaines personnes de respecter les choix de chacun de toute évidence. Pour un pays qui hurle à glotte déployée qu'il est Charlie, je trouve ça d'un comique navrant...

Soit.
Il reste encore 2 petits mois avant le jour J, et on risque d'en entendre encore par tous les trous, souhaitez-nous bon courage.
Nous, on vous en envoie plein !

♥ 

vendredi 2 mars 2018

Lassée des faits

Je mérite un award pour ce jeu de mots. Merci.
Je viens de regarder sur Google, il a déjà été fait. Pas merci.

En tant que blogueuse à succès et à l'humour décapant (TU LE DIS !), je suis un peu mal à l'aise quant au fait d'étaler mes états d'âmes, si nombreux et fréquents soient-ils, sur le blog. Préférant les articles un peu plus "lol" ou futiles, et dernièrement, les snaps de pets foireux qui ne font rire que moi. (si tu as ce genre d'humour, viens ! → callipyche).

J'ai toujours peur que, si j'arrête de donner aux gens ce qu'ils veulent, ils ne veuillent plus rien savoir de moi. Déjà à l'école, lorsque je n'avais pas forcément envie de sourire, mes camarades me lançaient un inquiet "Ça va t'as pas l'air bien?" C'est le fardeau du clown de service ça, dès que tu fais une tête normale ou que t'es juste un peu patraque ou pas ambiancé, on s'inquiète. "Allez lààà, on rigole !!!" Bon beh quand faut y aller hein...
Puis le sentiment que si tu montre vraiment qui tu es, on te détestera forcément. Çuilà-même.
Alors au diable, après tout, ce blog c'est un peu mon exutoire, et le tien aussi parfois. ♥
Faire rire/sourire mes semblables est ma préoccupation première depuis environ la maternelle et m'a coûté bon nombre de déconvenues (comprendre : punitions, heures de colles et conseils de discipline, voire course-poursuite avec les flics).
J'ai pris des risques, j'ai joué mon avenir (!) pour voir apparaître un rictus sur les visages canailles et complices de mes camarades. Le genre de sentiment qui te rend invincible tu sais, t'es au-dessus de tout, tu fais rire les gens et c'est jouissif, qu'importe les conséquences.
Seulement voilà : une fois que tout le monde a bien ri, tu te rends vite compte que tu peux aller te faire enculer, toi et tes "Je ne dois pas distraire mes camarades pendant le cours de géographie" à copier 100 fois.
On rigole on rigole, puis prout. Dès que tu as moins envie de rire, ça dégage sec.
20 ans après rien n'a vraiment changé.
J'suis un peu le tube de l'été tu sais : au début on l'adore, on veut l'écouter 37 fois par jour, on s'en imprègne tellement jusqu'à la couenne qu'on connaît même la choré par cœur, puis de moins en moins; on se lasse et à la fin on peut plus du tout le saquer. Un an après, c'est plus qu'un vieux souvenir dont on a presque honte.
Voilà, c'est un peu ça l'histoire de ma vie.
Seulement voilà. Moi je m'attache, et par définition, j'en chie. C'est le problème quand on aime trop fort et trop vite, quand on est une passionnée compulsive/impulsive, c'est que ça dure en général pas très longtemps et les gens se lassent. A chaque nouvelle rencontre je me dis "Allez, lâche un peu la passion, arrive tranquille, sois zen, déconne pas" et BIM en 2 jours j'ai tout niqué, j'ai démontré beaucoup trop de choses et tout le monde s'est barré en chiant dans son froc (et sur mon enthousiasme). Je suis tombée amoureuse tellement de fois dans ma vie que j'ai oublié la plupart des prénoms des gens. Amoureuse ! Oui oui, avec des vrais sentiments qui font du mal dedans et des ruptures qui font pleurer, même après deux pauvres nuits d'amour. Des ruptures amicales aussi. Je tombe amoureuse des gens que je fréquente et qui stimule mon envie de faire rire. Et évidemment, je souffre autant de fois. Chaque rupture est vécue comme un drame. Autour de moi, la totalité majorité des individus tourne la page avec une facilité déconcertante. C'est tellement vexant !

A l'instant même où j'écris ça, j'ai un peu la crotoKU. C'est vrai, quand tu ne fais que te le dire, ça n'a pas le même impact. En l'écrivant, j'ai un peu l'impression de mettre le nez dans mon propre caca.
Mais voilà, lorsqu'on met le nez dedans, on pige. On pige qu'il est temps que ça s'arrête, qu'on est pas un paillasson, et que nos sentiments ne devraient pas être malmenés, si confus soient-ils.

Alors, à 33 ans (putaindesamère) révolus, j'essaie de prendre de la distance, d'y aller mollo.
Je fais du tri, encore, et encore. Mais qui restera-t'il à la fin...?
Papounet disait sûrement vrai, on est tout seul, jusqu'à la fin des temps. L'euphorie de la jeunesse, des sentiments, de l'amitié, les serments à la vie à la mort, les larmes et les bouteilles de vin partagées, la folie, l'amour... c'est du pipeau. C'est chouette sur le moment, et c'est vraiment pas moi qui vais dire le contraire, mais c'est du vent. Tout est faux.
Voilà, maintenant on peut tous se suicider en pleurant sur l'inutilité de la vie.

Bisou, je vous aime. Enculés.

mardi 2 janvier 2018

Mon enfant ne mange rien, que faire ?

C'est une phrase que j'entends très souvent depuis qu'Alice est née : "Mais elle mange de tout cette petite, comment tu fais ?"

Alors tout d'abord je tiens à biiiiiiiiiieeeeeen insister sur le fait que je ne détiens peut-être pas LA solution, et qu'elle ne convient sûrement pas à tout le monde, mais en tous cas, elle a fonctionné chez moi. 

mercredi 27 décembre 2017

PrésentaFion : L'agenda journalier 2018 Mr Wonderful

Après le post de ma photo ce matin même sur Instagram et Facebook, vous avez voulu en savoir plus sur ce fameux agenda alors j'ai jugé bon d'en faire un article avec plein de photos, pour vous mettre encore plus l'eau à la bouche.

Comme tu le sais, je suis une bordélique née, et ce petit objet m'aide à l'être un peu moins.
Je note tout : les rendez-vous, les réunions, les sorties, les repas et les apéros, (bah oui), et même les jours de ménage ou encore mon poids. TOUT !

Mais passons plutôt aux photos. Regarde-moi cette cuterie mignonnesque kawaïque (gné) :

mercredi 15 novembre 2017

WishList de Noël (idées cadeaux pas chers entre 4€ et 30 €)

Tous les ans c'est la même chose : mes parents nous avertissent à l'avance qu'ils n'ont "pas le sou" et qu'on a plutôt intérêt à s'attendre à que dalle, on se jure, Cyril et moi, de ne rien s'offrir non plus car on est sur la paille et... c'est exactement ce qu'il se passe.
Autant te dire que la magie de Noël, on se l'enfonce où j'pense.

Mais tous les ans je m'acharne, j'envoie de la WishList par brouette, en espérant que ma famille passe par là mais voilà : ma mère sait à peine envoyer un texto, alors internet... et mon mec, mon blog, il s'en branle. C'pas très grave ceci dit, l'important est de privilégier les enfants après tout (p'tits cons !).

mercredi 8 novembre 2017

"C'est quand que vous nous faites le deuxième ?" ou la malédiction de l'enfant unique

La populace s'en donne à cœur joie lorsqu'il s'agit de nos futurs éventuels rejetons.
En effet, ça VEUT absolument savoir si t'as l'intention de niquer dans les mois qui viennent afin de procréer.
Pourquoi ? Faudra leur demander, perso ça m'a jamais intéressé. Premièrement parce-que chacun se démerde, et deuxièmement parce-que je sais, ayant eu un enfant "tard" (plus de 30 ans), qu'on m'a suffisamment CASSÉ les couilles à ce sujet.


(d'ailleurs, toutes mes pensées vont à ces femmes qui ASSUMENT ne pas vouloir d'enfants. Courage, je suis de tout cœur avec vous. Ça va pas être simple, on est cerné par les intellectuels  -t'as perçu l'ironie ?-, mais sachez que je suis là... ♥ )