mercredi 17 février 2021

La fidélité, ce concept chelou. Enfin je crois.

C'est fou comme on change au court d'une vie non ? J'veux dire, à 18 ans, j'aurais étripé mon mec si j'avais appris qu'il n'avait ne serait-ce que zieuté une autre fille. 

18 ans plus tard (#vieilledame), tout ça me paraît bien lointain et, lorsque j'imagine une éventuelle future relation, je ne pense plus trahison et félonie mais plutôt liberté et polyamour... 

Très représentatif n'est-il pas ?

Sagesse de l'âge ou résignation de l'expérience ? J'ai l'impression que, quand même, tout au fond dans un coin de mon cerveau, ça me pique. J'ai encore cette vieille sensation que je n'y arriverai pas. Je veux dire, si je tombe amoureuse. Ce qui, soit dit en passant, ne m'arrive plus jamais. J'aime bien, j'apprécie la compagnie, je me complais, mais l'amour fou, celui qui fait mal et qui rend euphorique, je ne l'ai pas connu depuis l'adolescence, hors, avec un soupçon de fatalité sûrement, je pense à l'adultère, le meilleur moyen peut-être d'être enfin accomplie dans une relation sans plus jamais tomber dans cette routine et ce plan-plan qui m'emmerde tant. 

Je sais que beaucoup de couples vont penser "En même temps chacun doit mettre du piment dans sa vie pour ne pas tomber dans la routine". Ce n'est pas de ça que je parle. Moi j'aime la nouveauté, la vraie. Le fait de n'aimer qu'un seul corps trop longtemps suffit à me faire chier. Je suis comme ça. "Mais c'est parce-que t'as pas rencontré la bonne personne". Je me contenterai de répondre : LOL. Ca suffira.

Je me questionne réellement là-dessus. Est-ce que c'est un désir viscéral ou seulement un sacrifice conscient ? J'ai commencé cet article avec mille certitudes et voilà qu'en y songeant, en remuant le merdier dans tous les sens, je ne suis plus sûre de rien. Et si ça me déchirait le cœur de voir l'être aimé, même juste un peu, rouler vers d'autres pieux ? J'arrive déjà pas à partager mon assiette... Et si je passais ma vie à faire semblant pour faire plaisir ? Mais alors putain ce serait pire que toutes les routines de l'univers ? Ou peut-être qu'au contraire ça me stimulerait, d'une certaine façon ? Eh merde je sais plus...

Après tout qu'est-ce que la fidélité si ce n'est un serment poussiéreux dicté par la foi ? Fidèle à une religion ou à une seule personne pour moi c'est pareil : je veux croire en plusieurs Dieu. Je veux du champagne et des feux d'artifices, des yeux par centaines et des mains par milliers, du fun, du kiff, des rires aux éclats, de la diversité. Puis je veux aussi des soirées en amoureux et des pantoufles au coin du feu. Des câlins platoniques et des listes de courses reloues. Des week-end à la campagne et des factures en retard.

Je...

Bon, ce qu'on va faire c'est qu'on va rester encore un peu célibataire et pas se faire chier avec ces conneries hein. 

Merci pour votre patience.

9 commentaires:

  1. Superbe article vraiment, il est juste, tu y as mis juste ce qu'il faut de questionnement. Il n'existe pas qu'une réponse. :)

    RépondreSupprimer
  2. Mais grave !!!! Restons celib encore un peu 🤷🏼‍♀️😘

    RépondreSupprimer
  3. Moi aussi j'ai un problème avec ce terme, fidélité.
    Genre le mariage, le contrat il est écrit a l'avance et parfaitement inadaptable a ton couple.
    J'illustre :
    On est mariés, j'aimerai tester la ''liberté sexuelle'', je lui en parle et il est d'accord.
    Le jour arrive, je suppose qu'on discutera pas des détails.. je rentre à la maison, on file encore le parfait amour. Puis quelques temps plus tard : courrier d'un avocat. Il a dénoncé "mon infidélité'' et demande le divorce. J'aurai tout dans le cul et aucunes preuves car accord orale. (Oui je suis du genre a imaginer le pire dans chaque situation MAIS j'aime cette phrase : personne ne connais personne. Même pas toi même. ) et donc la oui le contrat et pas rempli mais on l'a pas écrit nous même ! C'est nul ! Ça m'énerve et j'ai pas vraiment les mots.. enfin voilà.
    Continue ton blog c'est génial !
    Et je t'aime car tu m'apportes joie, rire et bonne réflexion dans mon quotidien !

    RépondreSupprimer
  4. À mon avis, le problème, c'est que "l'amour fou qui fait mal et rend euphorique et ta mère la Grimbergen éventée", ça n'existe… que quand t'es jeune, ou alors quand tu n'as pas beaucoup d'expérience. Ou alors, on peut l'envisager mais en sachant que tôt ou tard, ça fera mal parce que l'euphorie ne dure pas. Ça devient effectivement routinier sur le long terme, les courses, l'aspirateur, la feuille d'impôts et le coupage des ongles de pieds devant Granouna. La fidélité, c'est pas seulement un truc de serment de mariage, c'est aussi une espérance, le fait que ça durera toujours et qu'on aura encore des papillons dans les tripes après les noces d'or, et que la personne qui partage ta life aura été la seule même quand t'as 80 ans et des couches pour vieux. C'est un truc de conte de fées. Du coup, de deux choses l'une, soit on s'accoutume à la routine, soit effectivement on partage mais ça, faut assumer. C'est une question de choix. Ah, pis sinon, on peut dire "fuck les relation, ce truc surfait pour vendre des strings et des sex-toys et des bouquets de fleurs à la con tous les 14 février", et rester tranquillou dans sa casba à se taper des Chimay tout seul devant "Harry Potter". Mais ça aussi, faut assumer.

    Bref…

    Ce commentaire est d'une inutilité à pleurer.

    RépondreSupprimer
  5. Je me retrouve en partie dans tes propos. Faire semblant....putain que c'est relou et pourtant mon lot quotidien.

    RépondreSupprimer
  6. Le libertinage ma chewie.
    Fidèle du coeur mais partage du corps.
    Ça convient à pas mal.

    Je suis pas encore assez grande, suis dans mon kiff des papillons, de l euphorie, de la découverte pour penser vieux.
    10 ans de couple de merde, je revis avec le chéri actuel ��

    Le principal est que les personnes y trouvent leur compte.

    Bisous sur ton front

    D.

    RépondreSupprimer
  7. Je trouve ton écriture très sympa, et le fond j'aime bien, car tu présentes un ressenti et une vision super claire du couple.
    Après on nous bassine avec le Grand amour, mais bordel de queue on peut aimer comme on a envie.
    On aime on vie et on meurt.
    On n'aimera jamais pareil ni pour les mêmes raison.
    L'amour c'est ce qu'on a besoin nous et on est tous différents vive la liberté.
    La bise à tous.

    RépondreSupprimer
  8. Je comprends ton raisonnement,
    je trouvais ça con avant de rester avec 1 seule personne pour tte une vie alors qu'il y a tellement d'autres à découvrir. Je papillonais et très vite je me lassais... et pourtant
    je suis en couple depuis 17ans maintenant et les papillons sont toujours là, les factures aussi mais on ne s'ennuit pas !
    on se réinvente,on se re-découvre, parce que mm après tout ce temps on ne se connaît pas. il éclipse tjrs tout les autres pour moi,
    Je dis svt "les humains m'ennuient et m'emmerdent!" Et pourtant pas celui-là. Alors pr moi, aussi niais que ça puisse paraître, si, ça dépend de LA bonne personne, celui que ça ne demande pas d'efforts d'aimer, de désirer qui fait tout vibrer bordel!
    Mais tu as bien raison de prendre encore du temps pour toi,te retrouver savoir ce que tu veux et ne veux plus endurer. On n'est jamais mieux aimé (de tt ce que ça implique ;) que par soi-même.

    RépondreSupprimer
  9. Salut jeunette.
    Ça fait un moment que je ne suis pas venu voir tes écrits.
    Je constate que tes propos restent toujours avec une certaine ouverture (non, pas par là). En fait, même quand je ne suis pas d'accord avec certains de tes propos, le fait que tu t'interroges permet de discuter, sans avoir forcément besoin de trancher au final. Et pourtant la tranche, ça te connait.
    Sinon, concernant le sujet, j'ai toujours pensé que la fidélité n'était pas le problème. Le mot à lui seul évoque une vertu, comme il est synonyme de prison. Mais pour ma part, je pense que ce qui finit par poser problème, c'est plutôt l'ennui (absence de nouveauté, etc). Et l'ennui, c'est au final quelque chose de très personnel. Donc, je ne vois pas pourquoi chercher la solution chez l'autre ou dans la relation actuelle qui ne marche plus trop. Difficile de maitriser ses envies (et pas dit que ce soit bénéfique non plus), culpabilisant parfois de les vivre, je pense qu'il existe un certain art de pouvoir grandir avec ses changements d'envie, en harmonie avec l'être aimé s'il est sur la même longueur d'onde. C'est d'autant plus facile qu'on a plus d'assiette à lui lancer à la gueule (notez le symbole de l'assiette : repas terne et dégueulasse, tout le monde fait la gueule et la télé hurle une publicité pour un voyage au bout du monde avec de superbes images - ambiance meurtre ou "ma mère me l'avait bien dit"). Mais cet art suppose qu'il y ait autre chose que des affinités lors des moments de fête. Un peu comme si la joie avait finalement tué l'amour, ne laissant que l'ennui comme seul partenaire, toi, toute seule au milieu d'une partouze de dépressifs du service compta d'EDF...
    Le questionnement persiste tant que l'ennui est là. Le désir chasse bien des doutes... et des vérités.
    Je t'embrasse comme jamais

    RépondreSupprimer