jeudi 28 septembre 2017

Je suis pansexuelle : c'est grave Docteur ?

Tout d'abord, une petite définition de ce mot nouveau et chelou qu'on voit et entend un peu partout en ce moment : 
Définition :  La pansexualité se définit comme l'attirance sexuelle, émotionnelle, romantique ou spirituelle pour d'autres personnes sans considération de leur sexe biologique, de leur expression de genre ou de leur orientation sexuelle.
[Elle se rapproche beaucoup de la sapiosexualité (Un sapiosexuel est une personne chez qui l’intelligence de l’autre provoque une excitation sexuelle) Certain font la différence, moi je ne la fait pas. Puis on va essayer de pas trop s'embrouiller.]

On y voit déjà plus clair.
Souvent confondue avec la bisexualité, la pansexualité est, en tous cas à mon sens, un coup de coeur plus intellectuel que physique pour un être humain.

Déjà enfant, j'avais des amiEs que j'aimais d'amour fou. Des copines qui me faisaient rire, avec qui je passais des journées à discuter, à jouer, à découvrir. Des relations platoniques qui me comblaient encore plus que n'importe-quel plan cul au monde.
J'étais Amoureuse.
Je ne supportais pas qu'on puisse leur faire du mal, je pleurais si l'on se disputait et je faisais tout pour reconquérir leur coeur.
Je ne faisais pas vraiment la différence entre une fille et un garçon : si la personne attirait mon attention et me séduisait psychologiquement, je l'aimais, quel que soit son sexe ou sa sexualité.

Très vite on m'a qualifié de "gouine" ou de "chaudasse", mais moi, j'étais juste love. Vraiment. Avec des sentiments purs et vrais. Je voyais pas où était le problème, puis j'ai grandis.

Lorsque la discussion s'y prêtait, j'essayais d'en parler, à des amis, des inconnus, des gens en soirées, à la fac... Suis-je vraiment désaxée sexuellement comme on veut me le faire croire ?
Les avis ont fusé...
De la part des hommes : "Ah ouais deux grosses cochonnes ensemble le kiff !" Eh le bouseux, y'a ton bus qui s'en va...
De la part des femmes : "Non mais le physique c'est quand même un MINIMUM ! On peut pas tomber amoureuse que d'un cerveau..." Heureusement que t'es bonne, donc.
Des homosexuels : "Aaaaah mais c'est horrible de m'imaginer avec une femme (un homme), cet organe génital dégueulasse là, beeeaaark, ah non, je préfère les hommes (les femmes), y'a pas photo !" Et ça réclame de la tolérance !
Des hétéros : "Non mais tu te cherches, décide toi à un moment donné ! Tape toi un délire une bonne fois pour toutes et vois ce que tu préfères !" Ah beh ouais, j'suis con !

Personne, PERSONNE ne comprenait. Même les autoproclamés "ouverts d'esprit" étaient persuadés que j'avais un GROS souci. Et je le croyais !
Je tombais amoureuse des âmes, et on me parlait de bite et de chatte. Tout le temps. Sans arrêt.

Puis j'ai découvert ce mot : pansexuelle. Je n'étais plus seule puisque quelqu'un d'autre que moi l'avait inventé !

Je fais la différence avec la bisexualité car il est clair que je suis + attirée sexuellement par les hommes. Mais l'amour, il peut me tomber sur le coin de la gueule de n'importe-quel côté : homme, femme, jeune, âgé, hétéro, homo, bi, trans' même !
Je ne maîtrise pas : c'est comme ça. Je tombe amoureuse de la personnalité.

Evidemment je me suis posée un milliard de questions : pourquoi suis-je comme ça ? Qu'est-ce que j'ai râté ? Quel traumatisme ? 
Mais rien. Tout va bien. J'ai été éduqué dans une famille saine, ni bobo ni prolo, quelques tabous mais toujours de la bienveillance.

Aujourd'hui, à 30 ans passés, j'ai arrêté de me poser des questions. J'assume pleinement, et puis de toutes façons, je n'ai pas le choix : je SUIS comme ça.

Tu connaissais toi la pansexualité ?
Quoi qu'il en soit, si tu as un avis constructif, je serais ravie de le lire. 😊

→ Si toi aussi, tu te "cherches", tu peux t'y retrouver dans cet article plutôt très bien expliqué : ici.

4 commentaires:

  1. L'orientation sexuelle des gens a toujours été un truc compliqué en ce sens où… ce qu'on en dit est trop réducteur. On réduit souvent les choses, comme tu le dis, à des histoires de sexe, d'attirance pour les schlongs ou pour les foufounes… en oubliant jusqu'aux sentiments. Je comprends ton avis en tant qu'asexuelle hétéro-romantique. Je peux tomber amoureuse, pas de problème, mais le côté horizontal… no, because no. Et les gens comprennent pas non plus, parlent d'abstinence ou de coincitude du slip… des cons.

    Il faut différencier l'amour du cul. Les deux s'accordent parfaitement mais si, nous humains, pouvons avoir des plans cul, tirer son coup dans les toilettes du bar ou entre deux poubelles derrière la boîte de nuit sans qu'aucune petite fleur ni la moindre petite licorne de l'amûr ne s'en mêle, nous pouvons aussi éprouver des sentiments, de la tendresse, de l'affection, de l'amour… sans avoir envie de soulever sa jupe ou de baisser la braguette de son pantalon.

    Et c'est comme ça. On est pansexuel comme on peut être hétéro ou bi ou homo ou ace… c'est comme ça.

    Alors suis ton karma.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Lilou. J'aime toujours beaucoup tes commentaires. <3

      Supprimer
  2. C'est marrant, je fais partie de ceux qui font un distingo entre pansexuel et sapiosexuel. Pourtant je me retrouve dans ce que tu dis mais je n’interprète pas les choses de la même façon que toi. En fait, je fais une différence entre la personnalité (que, je crois, tu appelles "âme") et l'intelligence. De la même façon, je fais une énorme différence entre le fait d'être amoureuse et l'attirance sexuelle.
    Je me sens sapiosexuelle parce qu'indéniablement l'intelligence me fait mouiller ma petite culotte. Pour autant, je ne tomberai pas forcément amoureuse de quelqu'un parce que je le(ou la ) trouve intelligent(e).
    Je me sens pansexuelle parce que, quel que le genre de la personne dont je tombe amoureuse n'a pas d'importance à mes yeux. Pourtant, il n'est pas nécessaire que cette personne me paraisse particulièrement intelligente pour que j'en tombe amoureuse. Pour moi, ça se joue à bien d'autres niveau, ce n'est pas le seul critère.
    C'est à ce titre que je distingue les deux même si je suis réceptive à l'un comme à l'autre.

    En tous cas, je te confirme : tu n'es pas seule ;)

    RépondreSupprimer
  3. Si ça peut te rassurer (ou pas), j'aurai pu écrire ses lignes. Ce qui m'attire le plus chez les gens c'est leur personnalité ou leur intelligence, les deux c'est le must. Je suis tombée amoureuse d'un garçon mais ça aurai pu très bien être une fille (mais pour d'évidentes raisons d'homophobie parentale, on va dire que j’ai fais le "bon" choix malgré moi)

    J'adore le cul mais c'est pas ce qui me motive le plus dans la vie ;)

    RépondreSupprimer