jeudi 15 décembre 2016

SlutShaming : pas seulement sur Internet.

Petite définition pour ceux qui l'ignorent : "Le Slut-shaming est un concept traduisible en français par «intimidation des salopes» ou «couvrir de honte les salopes». Vaste programme.
Source : "www.rebellemma.com"
Je suis tombée il y a quelques jours sur cet article, du blog "Belle et Sportive" qui m'a un peu fendu le cœur en 8. En le lisant, j'ai ressenti sa peur, sa souffrance : celle de l'impuissance face au harcèlement.
Puis j'ai repensé à ce week-end, et à plusieurs des épisodes qui nous sont arrivés.
Je t'explique.

Tout d'abord, samedi soir, alors que mon amie et moi-même étions joyeusement éméchée au comptoir d'un bar, une jeune femme toute aussi joyeusement éméchée se joint à nous. Mignonne, rigolote, on parle un peu de tout, un peu de rien et beaucoup de cul. Là, avec sa moue enfantine, elle a dit une phrase qui raisonne encore dans ma tête comme le glas : "Les gens ici me détestent parce-que j'aime la bite". On en a beaucoup ri, on les a envoyé à distance se faire enculer et on a levé nos verres en trinquant à la femme libre. Ce soir là je me suis dis qu'on était finalement pas si seules que ça. Que derrière chaque femme éméchée se cache un être sensible, et que toutes les femmes ne se détestent pas entre elles. Alléluia.
Je me suis endormie le cœur léger, pleine de foi en la race humaine.

Le lendemain, encore imbibée de la veille, nous décidons de nous rendre au marché de Noël. Un temps superbe, pas de travail, les enfants chez les grands-parents, un fou rire toutes les 2 min.30 : la vie a bon goût et on profite. Nous dégustons évidemment le vin chaud à la cannelle, la bière ambrée de Noël, et continuons notre chemin au rythme des musiques de Noël à la recherche de quoi festoyer, toutes chicos dehors, croquant la vie, l'air frais et le soleil à pleine denture quand TOUT A COUP, l'écho d'une voix rance retenti à travers la lecture du menu : "R'garde moi-les les deux, elles ont l'air de deux putes". Charmant.
Après avoir pris un fou rire monumental en guise "d'on-s'en-bat-la-race-de-ton-avis-d'aigrie", j'ai repensé à la mignonne-rigolote de la veille : elle avait raison.

Le surlendemain, cuvant dans mon jus, je navigue un œil fermé sur Instagram. Je tombe sur la photo d'une participante de télé-réalité dont je tairai le nom. La photo est "normale" : ni sexy, ni porno.
La fille se fait littéralement LYNCHER. Les filles, les garçons, tout le monde s'y met (je vous épargne les fautes) :  "Grosse pute, si j'te croise dans la rue j'te saigne comme une truie" "Putain toi t'as pris tellement de bites dans le cul que tu vas porter des couches à 30 ans !" "Crève salope" "Tes enfants seront tous mongoliens sale pute" Je m'arrête là parce-que je vais dégueuler.
Des propos d'une violence ! Je me demande comment cette pauvre fille, qui n'a probablement pas inventé la poudre (mais toi et moi non plus ceci dit...) peut tenir le choc face à un tel ramassis de haine dégueulasse et gratuite. J'me dis qu'elle fait certainement comme nous : elle a pas leur time, tout simplement. (KikOo Mona ! ♥)

Je ne ferais pas un discours sur le "...-shaming", mais creusons un peu.
Évidemment, Mathilde du blog Belle et Sportive est tombée sur un tracassé, mais le résultat est le même. Pour notre cas, ça va beaucoup plus loin que le fait d'aimer la teub. Ça, il parait que c'est de la jalousie, comme quoi la meuf qui te pourri au plus haut point a juste envie de se faire déglinguer le rectum. J'y crois un peu, mais c'est encore plus profond (si je puis m'exprimer ainsi) que ça. Une très bonne amie (ni salope, ni pute, ni autre guilleret qualificatif) en a fait les frais, et les personnes concernées se sont avérées être de toutes petites et minables personnes mal dans leur peau. Étrange.
J'veux dire, moi aussi je ne suis pas vraiment à l'aise avec moi-même tu vois, je manque de confiance en moi, je bois beaucoup pour essayer de me convaincre que j'ai de l'humour, que j'suis extravertie... mais de là à n'avoir ne serait-ce que l'IDÉE de pourrir quelqu'un par rapport à son physique, de faire en sorte qu'il l'entende et qu'il ait mal... putain sans déconner les gars faut être PUTAIN de seul !

En 3 jours, j'ai trouvé la foi et l'ai perdu deux fois.
J’essaierai, au détour d'un comptoir, de trouver d'autres mignonnes-rigolotes qui me feront sourire ou espérer, d'ici là, essayez, avec tout les efforts que cela peut demander, d'être bienveillants, heureux, gentils.

Essayez.
Putain de merde.

14 commentaires:

  1. encore une fois merci pour tes articles! tu me fais un bien si tu savais ! allez faut pas s’arrêter à des aigri(e)s qui s'ennuient dans leur vie et qui aiment à blesser par méchanceté...au final c'est eux mêmes qu'ils tentent d'atteindre !
    des poutoux, continues à nous faire partager tes émotions c'est cool

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On ne s'y arrête pas, et heureusement car on ne ferait que ça. Mais je crois que c'est important d'en parler, si ça peut faire cogiter certains (je suis naïve) ^^ Bisou Vir !

      Supprimer
  2. Je sais pas si c'est les hormones ou quoi mais je suis passée par tous les stades en lisant cet article.
    Le LOL parce que la phrase "putain toi t'as pris tellement de bites dans le cul que tu vas porter des couches à 30 ans" est hyper drôle si on la sort de son contexte.
    Le OMG de voir tant de cons
    Le Oooooooh <3 pour la dedicace
    Et le chiale de la fin.

    C'est chelou hein ? Je susi tellement d'acoord, qu'on s'entende je passe ma vie à pourir les gens, mais dans ma tête ou avec mes potes.
    JAMAIS je ne dirais des choses comme ça pour blesser une femme, et puis merde, moi aussi j'aime la bite TMTC et puis quoi ? chacun sa vie, chacun son time, ne le perdons pas et gloire à toutes ces meufs salopes putes ou frigides qui s'assument et emmerdent les autres.
    Amen.

    RépondreSupprimer
  3. Comme sur beaucoup de sujets, il n'y a pas qu'une seule façon de voir les choses. Tu gardes bien cela à l'esprit et c'est aussi une des raisons qui permet à des personnes d'avis très différents de lire tes articles jusqu'au bout (si je puis m'exprimer ainsi).
    Pour ma part, je vois un problème qui revient très souvent sur le sujet, mais finalement peu abordé. La question n'est pas forcément de savoir ce qu'une personne aime ou pas. C'est plutôt sa manière de le déclarer qui peut froisser. L'impact n'est pas du tout le même quand tu blagues entre ami(e)s ou quand tu le hurles en étant en train de slamer sur le comptoir, entre les cadavres de Jagger bombs.
    Sur le sexe, il y a une part d'intimité à conserver. Je sais bien que la limite varie suivant les personnes et que certains s'emballent et insultent dès le début du cours d'anatomie en 4ème (pour ceux qui sont arrivés jusque là), puisque l'appareil génital, surtout féminin, c'est Satan (personnellement, l'idée d'enfiler Satan me procure un plaisir similaire à celui que j'éprouve lors de mon deuxième Russe blanc).
    Certains hommes peuvent aussi avoir un souci avec ce qu'on pourrait considérer comme une "réputation". Ça ne change rien, bien entendu, au fait qu'une personne puisse parfaitement aimer ce qu'on lui reproche d'aimer. Comme je l'ai dit, c'est plutôt le coté "public" qui peut poser problème. Il y a aussi le sempiternel "Un mec qui se tape plein de nanas, c'est un séducteur, mais une femme qui couche avec plein de mecs, c'est une salope", mais il est trop réducteur à mon goût, bien qu'empreint d'une certaine part de vérité.
    Donc, la liberté, ce n'est pas de tout dire sur tout ce qu'on fait en espérant que tout le monde acquiesce sans rien dire (d'ailleurs, certains vivent aussi à travers le fait de choquer les autres). La liberté, c'est faire ce qu'on aime en attachant une importance presque nulle à ce qu'en disent les autres, que ce soit dû à leur morale ou leurs frustrations.
    L'exemple de la participante de télé réalité est révélateur de ce que je viens d'avancer. On ne peut pas cautionner les insultes, mais certaines réactions ne sont pas seulement dues à la photo en question, aussi sobre soit elle, mais plutôt à une accumulation de comportements antérieurs, jugés dégradants. Le principe de ces émissions est aussi de créer du buzz avec tout et n'importe quoi, peut-être a-t-elle été inconsciente à ce niveau et se prend de plein fouet des conséquences disproportionnées. Malheureusement, quand on vit d'une image publique, c'est parfois le revers de la médaille. On sert à remplir des vies bien vides, on fait exploser des morales parfois trop rigides et on en prend plein la gueule (si je puis m'exprimer ainsi). Toutes ces choses font qu'on se retrouve souvent à être coincés entre des troupeaux exhibitionistes et des peine à jouir. Continuez donc à vous régaler avec ce que vous aimez, sachez juste que certains plaisirs ne sont pas faits pour être trop partagés. Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "mais il est trop réducteur à mon goût, bien qu'empreint d'une certaine part de vérité."
      C'est une (mauvaise) blague ?!

      Supprimer
    2. ... dans le sens où on dénigre bien plus facilement une femme qu'un homme pour un même comportement, sur ce sujet en particulier.

      Supprimer
    3. Personne ne mérite d'être harcelé et insulté comme ça. Pas même une actrice porno ou un homme politique... On est des êtres humains bordel de merde. Trouver des circonstances atténuantes c'est encore pire que tout.

      Supprimer
    4. Je ne justifie pas, j'explique.
      Dans la vie réelle, tu peux ignorer une attaque, difficilement parfois, ou encore aller ferrailler au nom de ta liberté. Je ne te fais pas un dessin en ce qui concerne le virtuel, c'est la jungle. Simplement, pour ce genre d'émission, le but n'est que de faire réagir, peu importe comment. Du moment qu'on en parle, c'est tout bon. Le problème, c'est que ceux qui recoivent les coups ne sont pas souvent armés pour ça et ont souvent été manipulés, à l'insu de leur plein gré. Certains en jouent aussi, mais refusent de perdre, d'autres sont détruits. Et pendant que des spectateurs remplis de haine se défoulent, les euros rentrent dans les caisses et des sujets bien plus importants ne sont pas abordés. Du pain et des jeux, toussa toussa. On ne peut admettre un tel acharnement sur une personne, mais il faut aussi comprendre qu'elle puisse passer pour autre chose qu'une simple victime. C'est dur, mais c'est malheureusement une possibilité.

      Supprimer
  4. Delaurat catherine15 décembre 2016 à 12:48

    C incroyable cette haine qui se développe partout.. Ça me fait peur... Les paroles mais aussi les.gestes qui en découlent ensuite.... merci pr ton article et de ns faire partager ton experia ce car finalement on vit tte ds ce système à la con. Bisouille copine!! ��

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je pense qu'on en fait tous les frais un jour. Et ça va pas en s'arrangeant. Ce monde est fou.

      Supprimer
  5. Bonjour Aude,
    Pas de soucis par rapport à mon histoire, ce type est juste une énième sous-merde qui se cache derrière son ordinateur. Malheureusement il est mentalement malade et la malchance est tombée sur moi !
    Effectivement les gens de nos jours sont devenus méchants et pleins de haine…. Mais je préfère garder une image positive de l'être humain car il n'y a qu'une minorité de personnes comme cela…. Ceux qui ont réellement un manque de confiance en eux, ceux qui envient nos vies ou tout simplement ceux qui ont une vie malheureuse. Ton article m'a fait rire quand tu décris la nana éméchée. Elle kiffe la bite, tant mieux qu'elle en consomme (mdr). Tant que l'on fait ce qui nous plait et qu'on l'assume ! Who cares ?

    Gros bisous à toi ! :*

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qu'ils soient malheureux ok, MAIS NOUS ON N'Y PEUT RIEN PUTAIN !!! ^^ J'admire ton courage et ta philosophie. Plein de bisous :*

      Supprimer
  6. Je retombe sur cet article avec masse de retard (mieux vaut tard que jamais dit le proverbe)je fait partie de ses gens qui ne comprennent que trop bien pourquoi on en est là. Pendant des siècles la religion a traiter la femme comme satan, et la relation au corps comme un péché level 99. Ca commence à évoluer mais il reste un arrière gout dégueulasse de patriarcat religieux qui s'estompe seulement. Et tu as le
    multiculturalisme qui n'aime pas. Nos frontières se sont ouvertes ce qui est tres bien mais tout les pays n'ont pas la même vision de la femme. Et je pense que tout ça se retrouve dans ce melting pot. Cela n'excuse en rien bien sur, je ne tolère pas qu'on se permette de dénigré qui que ce soit sous prétexte qu'il soit différent.

    Et je ne parlerai même pas d'internt, où, sous le couvert de "l'anonymat" on balance les pire horreur aux gens.

    J'avais lu que les lois s'appliquaient aussi sur le net (l'antisémitisme notamment) mais que le respect ou la politesse y étaient aussi les bienvenues. Sauf que.

    Oh petite anecdote marrante car les gens pensent souvent que c'est mon style qui attire les relous, je me suis déjà faites stalké par un gars alors que j'étais au sommet de ma sexitude:pompes d'hivers, gros jeans, gros pull et grosses doudounnes qui descends jusqu'au pied. Et y a des cons qui osent encore te dire que t'étais habillées pour aguicher!

    Désolée c'était un peu décousu XD

    RépondreSupprimer