samedi 16 avril 2016

Je suis vulgaire.

Beaucoup trop vulgaire. Certains amis me le reprochent, mes collègues parfois, ma maman beaucoup.

Cette envie inéluctable de caser un "putain" toutes les deux secondes, de remplacer quelques mots par "bite" ou de roter après une gorgée de bière. Ce besoin absolu de tutoyer tout le monde, de poser une main amicale sur l'épaule quand j'embrasse quelqu'un que je connais même à peine. Cette tentation irréfrénable de mettre des "olives" à tout le monde dès qu'on se penche devant moi. Cette attirance irrépressible de dessiner des teubs sur les vitres embuées et les voitures sales...
Rire fort, parler fort, boire trop, fumer trop.

Je bosse dans un lieu CULturel, et autant te dire que les gros mots ne sont pas les bienvenus.
En gros, ma vie se résume à jouer un rôle en permanence. Je joue à la fille polie et bien coiffée, je fais semblant d'être normale, je me retiens de planter des doigts dans le cul des usagers un peu trop penchés dans les rayons et j'essaie de pas dire à l'ordi' d'aller se faire enculer quand il veut pas fonctionner.
Supplice.

Une fois j'ai même pensé que j'étais malade, genre un syndrome de la Tourette ou un truc comme ça. Puis en fait, je crois que je suis juste pathologiquement spontanée... Le bon côté, c'est que j'arrive quand même de temps en temps à faire croire que non.
Ça dure pas longtemps en général.

Paradoxalement, je suis complètement angoissée, fatalement timide, incontrôlablement gênée et terrifiée d'exister.

La plupart des gens que je rencontre me qualifie de vulgaire, de pouffiasse, de blondasse superficielle.
Deux choix s'offrent alors à nous : leur donner absolument, entièrement, et concupiscemment  raison OU essayer de leur démontrer que non, qu'il y a un cœur là-dessous, une vraie vie, et parfois même un cerveau !
J'opte souvent pour la première option. 1/ Par facilité 2/ Par fainéantise 3/ Parce-que ça fait aussi partie de moi 4/ Parce-que je m'en tape de taggle et que je m'en cogne complet de ton avis.
Je reviendrais sur le point n°4/ dans un prochain article d'ailleurs.

C'est encore plus compliqué depuis qu'Alice est née. Va remplacer tous tes "putain d'ta race" par des "punaise de flûte à bec" toi... L'enfer : ça défoule absolument pas de la même manière !
Mais bon, quand j'ai du expliquer à la pédiatre que "Non non, elle n'a pas dit "putain", elle a dit "peton", "petit peton" !" avec ma gueule enfarinée et qu'elle a continué d'écrire sur son bloc-note avec une moue dédaigneuse, j'étais pas super-super fière de moi. Puis j'ai pensé aussi très fort "je t'emmerde tête de nœud". 
Je sais pas comment font les autres "Rhoooo, Killian, punaise, tu as fait tomber mon iPhone 18 dans les commodités, flûte à la fin, tu n'es qu'un vilain" ! Alors que t'as envie de dire "PUTAIN DE GOSSE DE MES DEUX QUE J'VAIS TE FOUTRE LA FACE DANS LES CHIOTTES ET TIRER LA CHASSE ET QUE T'FAÇONS T'AS ÉTÉ ADOPTÉ TROU DU CUL !"
Je sais pas comment elles font, mais bon, paraît que c'est pas bien de dire des gros mots devant les enfants. Je sais d'ailleurs pas quel est le connard qui a décidé ça. Si je le choppe... Non mais c'est vrai, comme si ça faisait de toi quelqu'un de bien, de mieux dans tes baskets, de plus heureux, plus respectable. Je connais plein de gens très très polis qui sont en fait de vrais enfoirés hein...

T'es vulgaire toi ? Tu le vis comment dans la vie de tous les jours ? Et à côté de ça, t'es normale ? T'es angoissé de la vie toi aussi ? Non j'sais pas, c'est ptêtre lié... Aide moi !

PS : teub, et teub.

6 commentaires:

  1. Omg dois je réellement commenter ou on se comprend ? Je me fais très souvent la réflexion d'essayer d'être plus classe, distinguée et polie. J'ai le putain de sa race et ENCULÉS trop faciles, ils font parti de mon vocabulaire quotidiens mais des fois ça peut choquer. Spontanée dirons nous mais e peux pas m'en empêcher. J'aime pas jouer à être quelqu'un d'autre (même si j'adore mentir mais putain j'aime trop jurer!!)

    Nous sommes belles et vulgaires et que les gens pas contents aillent de faire enculer

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non mais Mona, tu pourrais dire des "sa mère la chauve" et des "bâtard" que t'aurais la classe quand même.

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  2. Dire des gros mots moi ?! Bah putain ça ferai chier tiens bande d'enculées :)
    Pour mes fils , certain mots ne sont même plus considérés comme "gros" tellement ils sortent tout le temps de ma bouche ^^ Certes devant la haute société ça l'a fout mal quand ton bambin dit "p'tain t'es chiiiannt toi !"
    Ma foie, on ne se refait pas ! Vive le naturel ^^

    RépondreSupprimer
  3. Moi j'en dis pas énormément. Enfin, je suis une grosse pucelle comparée à toi quoi. ^^
    Par contre je me souviens très bien que c'est justement à cause de ton langage fleuri que j'ai eu envie de te connaître mieux.

    Et ce fut une belle chose.

    Tu acceptes que je dises foufounette quand je parle de "ma nature". Je vis très bien le fait que tu me décolles le cérumen avec ta vulgarité. Et nous nous aimons tendrement depuis des années ! <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous sommes la preuve vivante que les contraires s'attirent.
      Encore plein plein d'années à se câliner la fleur... enfin, à se trifouiller la chatte quoi. :D <3 Te nem.

      Supprimer