lundi 2 novembre 2015

Article aigri et inutile.

Ce qui est contrariant quand on est pauvre - et donc, en-dessous des autres -, c'est qu'on doit obéir.

Obéir au patron, aux sous-fifres du patron (mais toujours moins sous-fifre que toi), au banquier, aux clients, au système... On doit toujours fermer sa gueule et sourire pour avoir le susucre contrat tant espéré. 
Pas que je veuille la jouer gaucho-muy-pas-contento hein, mais quand j'y pense...

Quand je pense que j'ai avorté l'année dernière juste par crainte d'être définitivement virée de mon poste... 
Tu as bien lu.

C'est encore plus con à écrire qu'à dire.

Passée la tristesse infinie qui m'a labouré l'intérieur de l'âme, je me suis doucement remise et me suis relancée à corps perdu dans le boulot, comme toutes les bonnes vieilles connes de carriéristes dignes de ce nom.
Je suis tombée tellement bas. Pourquoi ? 
- pour 1200 boules par mois
- aucune reconnaissance
- toujours pas de CDI
- toujours un peu plus de perte de confiance en soi.


J'ai gagné au change hein ?  

Évidemment que c'est moi la poire de l'histoire. Évidemment que j'avais qu'à les envoyer tous se faire mettre. Évidemment que j'aurais pu me faire des locks et partir vivre en autarcie. (où ça?)
J'ai pas le cran.
J'suis définitivement trop snob pour tout plaquer et aller vivre dans une yourte, j'aime trop mes douches et mes produits de bÔté quotidiens. Oui oui, je suis un sous-produit superficiel de sur-consommation mal assumé et contradictoire en tout points. Il fait un temps de merde dans ma tête. 

Je suis sûre qu'on est 8776987365768536539 à se poser les mêmes questions. 
Vous êtes où ?
Je vois aussi qu'il existe 5768736736574736 personnes en adéquation totale avec leurs valeurs. 
Comment faites-vous ? 

Finit-on toujours par se lasser ? Est-ce le propre de l'être humain d'être continuellement insatisfait ?
Insatisfait de l'endroit où l'on vit, du métier que l'on exerce, des amis que l'on a, du compagnon qui partage notre vie. Toujours en recherche du "mieux", cet enculé d'ennemi du "bien".

Le pauvre se pose trop de questions. Il a peur pour son avenir et celui de ses mouflets. 
J'suis sûre que, par exemple, Beyonce, Zidane, Mark Zuckerberg ou Paris Hilton ne se posent même pas la question tu vois... Je vous hais. 
Ok, j'ai une voix de merde, je suis ballonphobe, j'ai pas inventé le fil à couper l'eau chaude, et mes parents sont pas riches, mais allez vous faire foutre !


J'irai bien faire une psychothérapie mais j'ai pas d'argent... Connard. 

Allez, à demain, 8h, au taff, comme d'hab ! 
Bonne survie à tous ! 

Signé : Cosette, l'aigrie.

______________________


Huf, voilà, ça va mieux. Je redeviens sympa et lolante.
Si t'es aigrie tape dans tes mains !

Bisou-rance.

6 commentaires:

  1. https://www.youtube.com/watch?v=JfnVdpDVkb4

    Tiens, ça m'a fait penser à ton post.
    Laisse dégun (personne en marseillais) te juger, t'es une maman, une copine, tu poses tes couilles sur la table, tu gueules un bon coup et ça repart. Je connais les creux de la vague et je sais aussi qu'on est plus forts qu'eux. Des tonnes de bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lynette a raison.
      Toi aussi.
      Ces putes de lames de fond qui te coule un peu plus chaque jour, je m'en vais te leur mettre un coup de rame dans leur gueule. ^^
      Merci pour ton gentil commentaire. <3

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  2. Toi, ma jumelle (friend4ever comme on se dit sur FB). Ajoute à ça que je déteste les gens parce qu'ils sont cons, et t'as ma vie.
    Je suis constamment entre le "vieng, on largue tout et on se barre à l'autre bout du monde, loin de tout" et "t'as vu sur Sépho.conne la nouvelle palette j'la veux j'la veux j'la veux!"
    Alors je te propose qu'on se trouve une île loin de tout, avec une caisse remplie de pinard, où seuls les transporteurs ont accès pour nous livrer nos colis. Signe en bas à droite. Avec ton sang.

    RépondreSupprimer
  3. Lu et approuvé.
    Signé: Force Rose

    RépondreSupprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer